De quoi est fait notre inconscient ? partie 1

0
237

 

Ce sont nos blessures, par manque d’amour, d’écoute et présence, reçues dans notre enfance et dans le ventre de notre maman ainsi que les traumatismes liés à la naissance  qui vont engendrer toute notre vie, nos croyances conscientes et inconscientes. Et comme l’inconscient  qui représente 90%  de ce que nous sommes, conditionnent nos pensées et donc nos actions, il est  donc fondamental d’en prendre conscience, si on décide une fois pour tout de grandir en conscience, en amour et en compétence. Car ce sont les pensées, paroles et  les actions  de notre entourage qui vont nous obliger à croire que nous ne pouvons pas être nous-mêmes.

Défense = blocage des sentiments réels.

Comme ces blessures sont intolérables pour l’enfant que nous avons été, il se forme une nouvelle façon d’être, falsifiée, qui consiste à se  transformant pour survivre afin d’être accepté et aimé. En clair nous nous coupons du divin, car il est vital d’être aimé de nos parents

Ces accumulations de blessures de rejet vont donc nous obliger à construire un système de défense et c’est la peur qui les fait rentrer en action au moment où on s’y attend le moins. Ces sentiments refoulés vont donc être trop douloureux pour être gardés en mémoire ( mais pas dans la mémoire du corps qui n’oublie rien.)

Concrètement une personne distante  ne prend jamais ses enfants dans les bras, parce que ni son père, ni sa mère ne  l’ont serré dans les bras à l’âge de 3 4 ans .

La névrose

C’est un comportement que nous adoptons pour survivre et satisfaire notre entourage – mais qui n’est pas mon identité- et obtenir l’amour dont nous avons besoin. Il y a une séparation entre mon MOI et mes besoins à cause d’une souffrance insupportable et transformation de mes véritables besoins en besoins symboliques : boulimie, tabac,maladie, tension , etc. Nous rentrons alors dans un monde irréel, ce qui veut dire : «  je n’ai aucun espoir d’être aimé pour ce que je suis. »

Véritable signification : « je n’ai pas besoin des autres pour vivre »

La psychose

Nous nous coupons de nous même et nous construisons un monde imaginaire et mon entourage m’apparait très différent de ce qu’il est.

Exemple la paranoïa : nous croyons que certaines personnes que nous côtoyions  nous veulent du mal et  nous construisons des preuves à cet égard. Nous relevons des attitudes que nous traduisons à notre façon, sans vérifier leurs véritable signification .

Véritable signification : » j’ai absolument besoin des autres pour vivre

La vérité est en  fait l’alternance et l’équilibre.

Le transfert

Si nous côtoyons une personne qui ressemble à un de  ou à une personne qui m’a beaucoup touché pendant mon enfance (positivement ou négativement ) mes parents, nous croyons que cette personne est identique intérieurement à son sosie. Il peut s’agir simplement d’un point commun : rapport d’autorité comportement similaire etc.

Exemple, je ne supporte pas un directeur un homme politique, une personne parce que inconsciemment il me rappelle celui ou celle qui m’a fait beaucoup souffrir quand j’étais petit et j’adopte donc le comportement que j’ai eu ou que j’aurais voulu avoir avec cette personne.

Il est donc nécessaire de prendre conscience du travail qui doit être fait en conscience avec un thérapeute pour couper les liens toxiques invisibles et subtils, même avec des personnes disparues depuis longtemps. C’est donc un cheminement afin de découvrir et de guérir ce que nous avions enfoui depuis trop longtemps.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here